Actualité

Music Graphics

https://www.seedfactory.be

Vernissage le 21 mars 2024 à la Seed Factory.

https://www.seedfactory.be/evenements/

Maison de l’Image chez Seed Factory
Huis van het Beeld, Seed Factory
Avenue des Volontaires 19 Vrijwilligerslaan
1160 Brussels

 

Une expo dédiée à l’image de la musique

Aad Goudappel, Antonio Lapone, Beb-Deum, Ever Meulen,  Coert De Decker, Crumb, David Géron, Dooreman, Fabrice Praeger, Felix Bosschaert, Guy Peellaert, Herr Seele, Ivan Lammerant, Jampur Fraize, Jan-Sebastiaan Degeyter, Jean Bourguignon, Jeroen Los, Johan Devrome, José Maria Lema, Jürg, Karl Meersman, Laurent Lolmède, Lode Devroe, Luc Melanson, Luc Morjaeu, Matto Le D, Mezzo, Philippe Foerster, Philip Paquet, Pieter Fannes, Patrick Regout, Cost., Salemi, Serge Dehaes, Sisca Locca, Steven Van Hasten, Tom Schamp, Trik, Vincent Rif, What's in a name?.
expos music2

 

 

Huis van het Beeld - Maison de l'Image / Seed Factory - Vrijwilligerslaan - Avenue des Volontaires 19, 1160 Brusselstentoonstelling / exposition 21.03 > 30.06Maandag tot vrijdag, van 9 tot 17 uur. Gesloten op zaterdagen, zondagen, feestdagenDu lundi au vendredi, de 9h à 17h. Fermé le samedi, le dimanche et les jours fériés.Route met het openbaar vervoer: Brussel-Centraal, daar de metro lijn nr. 5 nemen. Op dat spoor neem je de metro richting Hermann-Debroux. Afstappen in Pétillon, neem de roltrap aan de linkerkant,  je komt buiten in de Vrijwilligerslaan, neemt rechtsaf, op 200 meter op de linkerkant is Seed Factory. Itinéraire en transports en commun : Bruxelles-Central, y prendre la ligne de métro n°5. Sur cette ligne, prendre le métro en direction de Hermann-Debroux. Descendre à Pétillon, prendre l'escalator à gauche, vous débouchez dans l'avenue des Volontaires, prendre à droite, à 200 mètres sur la gauche se trouve Seed Factory.Toegang en catalogus gratis Curatoren - commissaires Vincent Baudoux -  Johnny Bekaert - Jean-Louis Lejeune - Michel Michiels - Patrick Regout - Constantin SunnerbergPressEdouard Cambier – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – 32 2 743 47 20Frédérique Gibon – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – 32 2 743 47 20https://www.seedfactory.be/maison-de-limage/

 

 

 

Spotlight

https://www.facebook.com/IllumineGalerie/

EXPOSITION - Illumine - Spotlight
Du 215 Décembre au 13 Janvier 2024
Le Delta
https://www.ledelta.be/
Avenue Fernand Golenvaux 14, 5000 Namur, Belgique

Une expo collective d’illustration, autour de la musique, avec le soutien du Comptoir des Ressources Créatives NAMUR et en partenariat avec Le Delta

Les illustrateur.ices : Ivan Lammerant // Pauline Huard * Maison Paula // Julie Mikys // Lou Dave // Laurence Nelen // Florian Nalenne // Johanna Gousset Julie Sénécal // Madison Mathieu // Céline Kerpelt *Curlie // Noémie Broder * Red Orb Création // Jo Delannoy * Jo Dessine un peu // Stéphanie Dogot * Bobu // Lola Pesesse // Zoé Crissa * Zou

illumine

illumine spotlight

Visuel labyrinth

Quel que soit l’angle d’observation du monde, qu’il soit humain ou technologique, le chemin de notre compréhension est un labyrinthe. Jusqu’à il y a peu, le monde n’était ni meilleur ni pire, il était plus simple. Aujourd’hui que nous avons entr’ouvert la porte de la complexité, le labyrinthe s’étend et se nourrit des avancées de cette compréhension en nous éloignant chaque jour de son issue.

13/10〉30/12/2022

Voir Catalogue

04 LuckyLuke NEWzonder sigaret

Le cow-boy qui tire plus vite que son coup

A l’occasion du 75 ème anniversaire de Lucky Luke, la Maison de l’Image organise une exposition d’hommage au célébrissime cowboy. Une centaine de participants, le Best of de Morris et ses meilleurs originaux. Invitation au vernissage le 14 octobre 2021 dès 19h. La Maison de l’Image chez Seed Factory, 19 av. des Volontaires 1160 Bruxelles.

La Maison de l'Image devient le Saloon de Seed Factory. Après l'hommage au New Yorker, c'est la ruée vers l'Ouest. Les desperados et les shérifs illustres du graphisme du nord et du sud du pays, et même de l'autre côté des frontières s'y sont donné rendez-vous. Ce rodéo d'images exhibe fièrement leur savoir-faire en hommage au cow boy dont le père — Morris — est Belge, Flamand et francophone. Coyotes, croque-morts et vautours s'abstenir, les duels aux cimaises s'effectuent dans la plus totale des fraternités. Morris est avant tout un amuseur. Il raconte sur le mode de la farce, parodiant nombre de westerns à succès afin d’en réaliser un pittoresque qui ne craint pas le loufoque. On y trouve la caricature de personnages célèbres, ou anachroniques, qui n’ont rien à y faire sinon situer l’histoire un peu plus à l’ouest encore. Il y a les danseuses de cabaret dont l’auteur prend soin de ne jamais évoquer qu’elles sont prostituées, sans compter le Mexicain paresseux et le Chinois relégué aux tâches ingrates. On frémit à l’idée de voir les gardiens du politiquement correct régaler leur oeil inquisiteur de ces histoires déjantées, comme l'ont fait les lobbies anti-tabac qui ont eu raison du mégot mâchonné par le cow boy. Assez vite, Morris délègue le contenus de ses histoires aux scénaristes parce que le dessinateur souhaite se concentrer à la réalisation. Se souvenant de ses apprentissages dans le domaine du cinéma d’animation, la couleur se démarque de tout ce qui se fait alors, brisant les habitudes de continuités logiques, les conventions réalistes, n’hésitant pas à alterner sans la moindre prévisibilité les contrastes, les contre-jours, les inversions de teinte, etc. Même efficacité pour les décors, que le dessinateur plante d’entrée, puis simplifie jusqu’au schéma symbolique une fois l’information acquise. Toute la grammaire des cadrages se carambole, du plan large au blow-up, couplé à l’angle de prise de vue. Par la combinaison osée des éléments de mise en scène, de l’éclairage, des signes de reconnaissance, la variété et la longueur des plans, le découpage graphique, bref par le «comment», Morris innove. Rien que ceci vaut son pesant de lectures, et rend cette série absolument unique, en une savoureuse leçon de mise en image tant dans les contenus que dans la forme.
Vincent Lagachette

Het Huis van het Beeld wordt de Saloon van de Seed Factory. Volgend op het eerbetoon aan The New Yorker, is er nu de rush naar het Westen. Illustere desperado’s en sheriffs van de illustratiekunst uit het noorden en zuiden van het land, en zelfs van over de grens, hebben een afspraak gemaakt om er elkaar te ontmoeten. Deze rodeo van beelden toont trots hun know-how als eerbetoon aan de cowboy wiens vader - Morris - Belgisch, Vlaams en Franstalig is. Coyotes, begrafenisondernemers en gieren zijn niet toegelaten. De duels tussen de tentoongestelde werken worden gevoerd in de meest totale broederschap. Morris is bovenal een entertainer. Hij vertelt zijn verhalen op de wijze van een farce, en parodieert zo tal van succesvolle westerns, om er een pittoresk verhaal uit te distilleren, dat evenwel de humor niet schuwt. Hij tekent karikaturen van beroemde acteurs en personages, soms anachronistisch, die er vooral zijn om het verhaal een groter Western-gehalte te geven. Er zijn de cabaretdanseressen, waarvan de auteur nooit openlijk vermeldt dat het prostituees zijn, om nog maar te zwijgen van de luie Mexicaan, en de Chinees die ondankbaar werk moet uitvoeren. Men huivert bij het idee dat de hoeders van de politieke correctheid hun nieuwsgierige ogen zullen laten vallen op deze krankzinnige verhalen, net zoals de antirooklobby’s hebben gedaan met zijn beknabbelde sigarettenpeuk. Morris delegeerde al snel de inhoud van zijn verhalen aan scenaristen omdat hij zich wilde concentreren op de realisatie ervan. Mede door zijn leertijd op het vlak van de animatiefilm, onderscheidt de inkleuring zich van alles wat er in die tijd werd gedaan. Hij breekt met de gewoonten van de logische continuïteit en de realistische conventies, hij aarzelt niet om contrasten, tegenlicht, kleurinversies, enz. af te wisselen zonder de minste voorspelbaarheid. Dezelfde efficiëntie geldt voor de decors, die de tekenaar van in het begin neerzet om, zodra de informatie is verworven, ze te vereenvoudigen tot schematische symbolen. De hele grammatica van de kadrering wordt dooreengegooid, van het breedbeeld tot de blow-up, gekoppeld aan de opnamehoek van het shot. Door de gedurfde combinatie van de scenografische elementen, de belichting, de herkenningspunten, de verscheidenheid en de lengte van de shots, de grafische opvolging van de beelden, kortom door het “hoe”, innoveert Morris. Dit alleen al is zijn gewicht in lectuur waard, en maakt deze serie absoluut uniek. Een heerlijke les in beeldopmaak zowel qua inhoud als qua vorm.
Vincent Lagachette

https://www.seedfactory.be/evenements/

Maison de l’Image chez Seed Factory
Huis van het Beeld, Seed Factory
Avenue des Volontaires 19 Vrijwilligerslaan
1160 Brussels

Logo TheBrusseler

Ce site présente la contribution de la Maison de l’Image de Bruxelles à la chaîne d’hommages dédiée au New Yorker. Plus de 100 grands noms de l’illustration ont répondu à l’invitation.
Dans la veine du New Yorker, ils ont conçu chacun une couverture fictive sur le thème de Bruxelles, accueillante et attachante petite ville par sa dimension humaine et cependant capitale de l’Europe. L’œuvre de ces artistes est avant tout une marque de sympathie envers une ville à nulle autre pareille.
 
A l’origine il y a The New Yorker qui depuis 1925 est d’une constance extrême dans la réalisation de sa une. Réputé pour sa rigueur, il est un symbole de la presse de qualité. Il présente 40 fois par an en couverture, une illustration d’exception. La qualité de ses illustrations, et cartoons a contribué à la reconnaissance de ces genres. Ses collaborateurs sont tous parmi les meilleurs de leur catégorie. Des hommages à ce magazine culte devaient apparaître à travers le monde. Chaque hommage est rendu sous forme d’une exposition de couvertures d’un hebdomadaire fictif inspiré du New Yorker. Chaque titre est celui d’une ville et chaque oeuvre raconte la ville à la façon de l’artiste. La Maison de l’Image de Bruxelles poursuit cette chaîne d’hommages et organise l’exposition itinérante The Brusseler, sur le modèle initié par ses prédécesseurs : The Parisianer, Le Montréaler, The Tokyoiter, The Shanghairen, The Milaneser. Les artistes qui brillent dans l’expo font partie du réseau international de la Maison de l’image. Ils sont parmi les meilleurs illustrateurs Belges avec une brochette de participations internationales. Leur présence est une marque de sympathie pour Bruxelles, Une ville qui fut tout au long de l’histoire sur la route des invasions pour accueillir finalement les institutions du seul empire créé en temps de paix dans l’adhésion de toutes ses composantes. Et probablement le microcosme le plus cosmopolite du monde. Merci à Françoise Mouly directrice artistique du New Yorker et merci à Michael Prigent et Aurélie Pollet à l’origine de la chaîne d’hommage. Et merci aux artistes qui brillent dans cette expo.
 

https://thebrusseler.eu/

https://www.facebook.com/TheBrusseler

Maison de l’Image chez Seed Factory
Huis van het Beeld, Seed Factory
Avenue des Volontaires 19 Vrijwilligerslaan
1160 Brussels

Page 1 sur 4

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Cookies